L’histoire du barrage de la Rance

Le barrage de la Rance se situe face à la mer et fait la jonction entre Saint-Malo et Dinard, deux villes bien connues étant situées en Bretagne près de notre camping en Ille et Vilaine.

Lorsque l’on évoque ce barrage on parle d’un édifice qui fait office de seule et unique usine marémotrice du monde entier et étant capable de produire de l’électricité pour une ville importante comme Rennes.

Sa construction a eu lieu entre 1961 et 1966 et le barrage de la Rance est aujourd’hui ni plus ni moins que le support d’une route à quatre voies à la forte fréquentation. Le barrage tire évidemment bénéfice des marées présentes, certaines faisant partie des plus fortes du monde et pouvant atteindre les 14 mètres pour produire un total de 600 millions de kilowatt-heure en un an.

Situation géographique du barrage de la Rance

Le barrage de la Rance produit des courants très puissants qui entraînent la venue massive de bars. Ainsi les pêcheurs sont eux aussi très présents sur place quand bien même la pêche n’est pas autorisée sur cet ouvrage d’art.

Le barrage voit d’autres espèces de poissons vivre dans ses alentours mais ces derniers restent majoritairement du côté de la mer, passer vers l’amont leur étant presque impossible.

La Rance maritime connaît cependant  un envasement excessif, celui-ci étant dû à la modification de l’état de l’estuaire, elle-même entraînée par la présence du barrage. On ne trouve ici qu’un marnage de 7 mètres au mieux alors que lorsqu’une marée est naturelle elle peut entraîner un marnage allant jusqu’à 13 voire 14 mètres d’amplitude lors des équinoxes.

Les bouchons sont par ailleurs nombreux sur cette route et tout particulièrement en été étant donné que Dinard et Saint-Malo se trouvent de chaque côté.

Découvrir les alentours du barrage de la Rance

Une fois sur le barrage il est possible d’observer la tour Solidor au Nord ainsi que sa cale quand à l’Ouest on peut admirer les splendides maisons de La Vicomté en Dinard. Entre ces deux panoramas on peut observer au loin l’île de Cézembre ainsi que sa plage, connue pour être celle aux températures les plus élevées du nord de la Bretagne.

Au Sud on retrouve la remontée du fleuve ou encore La Richardais. Une fois passé ce village on peut découvrir la pointe de Cancaval qui barre en partie l’estuaire alors qu’un peu plus loin c’est le Minihic et Langrolay qui nous attendent sur la rive gauche.

Quelmer (connue pour son cimetière de bateaux) ou la plage de La Passagère sont eux présents sur la rive droite.

Dans les environs de ce qui est actuellement le barrage on pratiquait par le passé la traque aux maquereaux qui consistait à l’époque à entourer les bancs de poissons en étant dans des petits bateaux. Ainsi on poussait les poissons en question à se jeter dans les larges filets qui étaient tendus par les pêcheurs, ces derniers se refermant donc sur les bêtes au fur et à mesure.

En poursuivant la promenade on peut remonter le barrage en se dirigeant vers Saint-Malo et emprunter un sentier sur la gauche afin de continuer dans le parc de La Briantais et en direction de Solidor.

Les panoramas magnifiques et inoubliables ici se succèdent, entre les plans d’eau et l’estuaire notamment.

Une fois passés les sous-bois et les rochers, la mer fusionne avec La Briantais, offrant un contraste surprenant avec pour point limite la plage de La Rosais en face de laquelle on peut également admirer la Pointe de la Vicomté mais surtout ses maisons bâties comme des châteaux, tout simplement immanquables.